La Discipline du Mouvement Authentique est un chemin de connaissance intime de soi-même en présence de l’autre.

Un apprentissage de l’accueil.

Chaque pratique honore le mystère entier de la personne, tout en forgeant des chemins clairs d’attention et de présence. L’épure du cadre pose la relation au centre, par le regard, le mouvement, l’écoute et la parole.

En développant une relation tendre à soi-même, en apprivoisant le paradoxe et la complexité, notre humanité forge sa place dans le monde, en tant que monde.

Au sein du champ plus large du Mouvement Authentique, la Discipline du Mouvement Authentique est le nom donné par Janet Adler à la manière singulière dont son travail s’est développé jusqu’à aujourd’hui. [Plus d’informations en anglais sur la Discipline du Mouvement Authentique ici]

du singulier au pluriel-99

Dans sa forme la plus simple, une personne est en mouvement les yeux fermés, à l’écoute de ce qui la traverse. Elle accueille la large gamme d’états et de formes qui habitent son corps. Ses gestes tissent une matrice d’associations libres et d’imagination active, qu’elle observe afin de les éclairer et mieux les intégrer. Une autre personne la regarde, sans chercher à analyser ni à comprendre ce qui émerge; ce témoin bienveillant tend vers une présence inconditionnelle, à l’écoute de sa propre expérience dans l’instant.

A travers un protocole simple et rigoureux qui met en alternance mouvement, regard et parole, nous cherchons à nous situer avec la plus grande transparence possible. A la fois un terrain d’exploration—de l’origine du geste, de modes attentionnels, d’interactions intersubjectives—et en lui-même un dispositif d’analyse de la pratique, il suscite un retour sur l’expérience permettant d’en extraire un savoir vif et incarné.

Ce travail a été développé par Janet Adler aux Etats-Unis dès les années soixante et jusqu’à aujourd’hui. Il trouve ses racines dans la recherche artistique de Mary Starks Whitehouse, l’analyse Jungienne, et de nombreuses autres influences philosophiques, artistiques et spirituelles.

Photographie copyright Véronique Drougard